Vers plus de démocratie interne

Publié le par confiance

Il apparaît certain d’après les organismes de sondages qu’un fossé se creuse entre les citoyens et leurs représentants, souvent perçus comme des professionnels de la politique. La démocratie ne peut donc qu’en souffrir. Il faut alors se poser la question de l’origine de ce problème. Elle semble être a trouver au sein même des organisations politiques où ce noble principe de démocratie n’a pas toujours la place qu’il mérite.

Le Modem doit donc réussir à relever le défi de la sauvegarde de la démocratie. Car si nous entrons dans un parti, c’est pour être des citoyens actifs, former des équipes, construire des idées, établir un programme. C’est en prenant des décisions et en réfléchissant ensemble que nous pouvons donner un sens plein et entier à l’idée de démocratie.

 

Dans cette optique, je me pose trois questions concernant le fonctionnement interne du Modem havrais.

 

1. Dans un souci de fonctionnement démocratique, doit-on limiter ou interdire le cumul et la répétition des mandats ?

Il apparaît évident et nécessaire de multiplier les acteurs, afin que le monopole des fonctions de directions ne soit pas aux mains d’un groupe de personnes, voire d’une seule personne. Dans le cas contraire cela aboutirait à l’institutionnalisation d’une élite qui ferait de la politique sa profession, avec toutes les dérives que cela comporte en terme d’intrigues et de stratégies pour garder le pouvoir.

 

 

2. Dans un système de fonctionnement démocratique quels place et rôle doivent être accordés aux adhérents dans leur relation avec les représentants du parti ?

- Pour promouvoir au niveau interne la démocratie, il semble nécessaire de convoquer régulièrement les adhérents pour qu’ils travaillent et réfléchissent ensemble. Les consultations sont un vivier d’idées novatrices, afin d’envisager le futur et la vie de la cité, mais aussi les orientations internes au mouvement politique. La connaissance des noms des différents adhérents, leur convocation régulière et le vote à bulletin secret pour certaines décisions sont les garants de l’exercice d’une démocratie interne.

- Les élus, internes et externes, du Modem doivent faire part régulièrement, à leurs adhérents, des travaux exercés pendant leur mandat. Ces représentants ne sont pas des gourous dirigeants une secte, mais des élus exerçant leur fonction en partie grâce à la mutualisation des réflexions et énergies des adhérents.

 

 

3. Quelle place doit-on réserver aux sensibilités différentes, voire minoritaires, au sein du Modem ?

Naturellement il doit y avoir un consensus de l’ensemble des adhérents sur la charte des valeurs et les grandes orientations du Modem. Mais sur certains sujets concernant les orientations à prendre et engageant le mouvement, des divergences peuvent apparaître et s’exprimer. Après les argumentaires de chacun, et par souci de fonctionnement démocratique, mais aussi afin d’éviter des influences, un vote à bulletin secret semble préférable à toute autre pratique favorisant les clivages.

 

Christophe B.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

confiance 30/06/2008 22:07

ChristopheTu parles d'une démocratie à venir car je ne vois pas de parti qui aujourd'hui incarne ces valeursPar exemple, les statuts du MODEM sont encore à faire évoluer